Là où la tête va, le corps suit (Clic itinéraire)

Câlinothérapie et confinement

La Route des Guerriers

Wake me up when September end

Réveille-moi quand septembre sera terminé

 

Le temps!!

Me réveiller quand le mois de septembre sera terminé, pourtant le mois de septembre au Québec c’est probablement le plus beau mois en couleur, les feuilles et les paysages sont tellement magnifiques. L’odeur des feux de camps ou de foyer, les feuilles mortes au sol. Une nouvelle saison, un nouveau chapitre. Hey la possibilité de dormir dehors sans être dévoré par les moustiques.

Pourtant tellement de personnes souffrent dans le mois de septembre, certains ne passent pas au travers, d’autres sont sauvés in extremis. Ce n’est pas le temps de s’isoler et de ne rien faire ni ne voir personne, ce n’est pas le temps d’être confiné.

Sans débattre sur le Covid puisque je n’ai pas le goût de discuter politique ni même virus, j’aimerais vous faire comprendre pourquoi les confinements me font peur. 

Je ne sais pas pour vous, mais bien que je sois comme un ermite et que j’adore être seul, j’ai besoin de mes moments en amis ou même en famille. Imaginez passer les pires moments de ta vie seul sans voir autrui ou seulement via un écran. Aucun câlin, aucun contact chaleureux, pas même une tape dans le dos avec un salut mon frère, salut mon chum comment tu vas? Suivi du câlin un peu étrange et trop fort, mais qui fait tellement du bien.

L’ocytocine

On l’appelle hormone de l’attachement, ou hormone du bonheur. C’est ce que le cerveau sécrète quand on se fait une petite séance de câlinothérapie. Même si la durée du câlin ne dure qu’un court instant, pendant ce temps-là, on se sent reconnecté à quelqu’un. C’est ainsi un antidépresseur naturel, pas besoin de pilule ou de prescription pour l'avoir.

Personnellement, je m’ennuyais de mes séances de jiu-jitsu brésilien et de nos fameux câlins, j'appelle ça mes fameux câlins d'hommes (Les femmes sont aussi bienvenues chez Nova Gym. Donc, si vous avez la chance de prendre quelqu’un dans vos bras maintenant, faites-le. Vous n’aurez même pas besoin de lui dire je t’aime. Ça va se sentir, ça va rester gravé dans sa mémoire et la vôtre. 

Le temps!!

Le temps de prendre cette photo en octobre, une fois que septembre était terminé. J’étais en haut d’une grue dans Griffintown. En regardant l’album, je me rends compte que chronologiquement j’étais tombé plus rapidement en dépression que je ne le pensais. Je crois, sans vérification, que j’avais mentionné avoir monté cette grue en 2013, mais c’était en 2012.

J’aurais dû le savoir, je m’étais inscrit à l’école Promédia en 2013 pour être un finissant en 2014. Je m’en excuse.

Prendre le temps avec ceux qu’on aime c’est important. Leur demander comment ils vont à l’intérieur est aussi très important, encore plus que se demander comment ça va au travail.

Regarder cette personne, lui prendre la main ou l’épaule et lui dire: Parle-moi.

Ça peut changer le cours de son histoire.

Je vais toujours me souvenir du jour après l’histoire de la grue, un collègue est venu me voir et m’a demandé si j’allais bien, pourquoi je ne faisais plus rire la gang, il a littéralement mis sa main sur mon épaule et m’a dit le fameux: Parle-moi

Cette journée avait été la dernière à ce travail, j'avais tellement pleuré.

Ne restez pas seul, parce que vous ne l’êtes pas. On est tous ensemble sur cette planète.

Autre chose que les câlins font!!

Oui, une étude a été menée par une équipe de chercheurs américains de l'Université Carnegie Mellon à Pittsburgh. Elle a révélé que l’on est moins enrhumé, moins touché par la grippe et tous ces petits virus qui s’attrapent en hiver, lorsque l’on est touché, câliné.

Mais on ne fera pas un débat, sur ce, gros câlin à vous.

 

Jonathan Goulet

La Route des Guerriers

Laisser un commentaire

français