Là où la tête va, le corps suit (Clic itinéraire)

Jaser, parler, laisser sortir la vapeur

Jeter son dévolu, laisser aller la soupape à vapeur parler à un spécialiste ou même un inconnu, c’est important. C’est con, mais juste dire ce qui se passe dans ta tête peut t’aider, c’est souvent difficile le faire avec nos amis, notre famille ou même notre compagnon de vie. Avoir peur de déranger, d’être lourd pour eux ou d’être redondant c’est ce qu’on peut ressentir. (à ne pas faire dans une première date Tinder)

L’important en ce moment, c’est comme dans un avion, se sauver soi-même avant de sauver les autres, mettre le fameux masque à oxygène sur notre nez pour ensuite, le mettre sur celui des personnes près de nous.

Quand j’étais pompier, je ne pouvais pas sauter dans une pièce comme je voulais pour me transformer en super héros, il y avait des protocoles à suivre pour ne pas devenir une victime à mon tour, un fardeau supplémentaire pour mes coéquipiers.

Il faut jaser et parler, communiquer.

La première fois que j’ai parlé de mon père, c’était dans une thérapie de groupe au secondaire, j’avais tellement braillé en parlant, j’suis persuadé que personne n’avait compris ce que je déblatérais, mais j’m’en contre fou, ça m’avait fait du bien. Avant cette averse de mots, je ne pouvais pas dire le mot papa sans avoir la gorge qui serrait, sans avoir la voix chevrotante. Cette pluie avait été tellement libératrice, les bienfaits de parler sont incroyables.

Être dans les bottines de quelqu’un qui vit la dépression, c’est impossible, et ce même si on a déjà vaincu la grande noirceur. Notre tolérance à la douleur est différente de celle des autres et donner des conseils c’est tough, dire aide-toi toi-même et le monde t’aidera c’est nul. Ne tapez pas sur la tête de quelqu’un qui est à la noyade, tendez la main.

Oui c’est vrai, qu’en j’étais en dépression beaucoup ont essayé de m’aider et je n’avais pas l’énergie, je n’étais pas prêt à être sauvé. C’est bizarre à lire je sais, j’ai brûlé des relations et je n’en veux pas à personne, comme mentionné plus haut, on n’a toutes nos tolérances.

En couple je dirais que d’aider en essayant d’enlever des taches ménagères à autrui pourrait aider, car seulement se lever du lit le matin est difficile, y avoir un café, c’est priceless pour moi. Ma douleur ressemblait à une grosse grippe d’homme qui me faisait mal aux muscles, à la peau, aux paupières, en arrière des yeux. Trop de lumière, trop de bruit, trop de parasites, c’est lourd. Le poids est énorme sur les épaules, tu te sens comme s’il y avait 300 livres sur ton dos et t’as même pas le goût d’enlever ton sac à dos, de toute façon c’est impossible d’enlever ledit sac.

Il n’y a pas de miracle, mais trouver un moyen de faire sortir votre partenaire de vie et de jouer avec, les câlins, l’amour, l’ocytocine. La joie!! 

Braille, tu vas pisser moins

Avoir toujours le goût de brailler et ne pas savoir pourquoi. 

Claque-toi des films tristes toute une journée ou une soirée seule pis braille, vide la crème glacée de ton congélateur on s’en fout, mais braille!!! Après chaque grosse tempête, il y a du beau temps et c’est là que tu dois foncer et aller bouger. Oui, bougez pour reconnecter votre corps à votre tête, parce que souvent c’est ce qui se passe. Il y a une déconnexion qui se déroule et nos bottines ne veulent plus suivre nos babines. Aller chercher une dose de sérotonine et retrouver le sourire pour un instant.

La zoothérapie j’y crois!!

T'as un chien qui te regarde avec un jouet en branlant la queue. VAS JOUER dehors!!!!! Il sait que tu ne vas pas bien, c’est le meilleur ami de l’homme, ce n’est pas pour rien. T’en a pas et tu voudrais aller jouer avec un chien, les SPA cherchaient des volontaires pour marcher avec eux. (avant Covid)

Un chat m’a amené une balle pour que je la lui lance, il la ramenait jusqu’à ce qu’enfin je retrouve le sourire pour ensuite avoir l’invitation de mon ami à aller faire du jiu-jitsu brésilien. Sans ce chat, je n’aurais pas eu le sourire et sans ce sourire je n’aurais pas accepté l’invitation de mon ami à jouer sur un tapis de lutte, sans le sport je ne serais pas ici.

Une cage

La cage peut être vue comme un endroit de combat, un piège ou même une prison.

“J’ai mal au corps, je me sens comme dans une cage et cette cage est ma peau. Le seul moyen d’arrêter de souffrir est d’ouvrir cette cage.” C’était mes derniers mots avant de me retrouver en haut de cette fameuse grue. N’ouvrez pas cette cage, elle est déconnectée de votre tête, allez jouer dehors. J’vous le dis, faites vos recherches est la phrase la plus populaire ces temps-ci, c’est scientifiquement prouvé.

Avoir mal

L’activité physique en grande quantité et en routine peut vous donner une dose de dopamine, idéale pour un sevrage d’alcool ou de drogue et très bonne pour te redonner le goût d'aller au gym. Anyway, tu ne veux pas faire de kick-boxing, JJB, MMA un lendemain de veille. En plus de te donner de la dopamine, ton corps te donnera une bonne dose d’endorphine, un antidouleur naturel.

Avoir mal au corps + antidouleur venant du cerveau = la joie.

En plus, les activités de groupe c’est bon pour le moral, je le répète, les humains ne sont pas des êtres fait pour vivre seuls enfermé ou abandonné, nous sommes des loups intelligents faits pour vivre en groupe.

Il y a tellement de choses que j'ai appris avec Les Primitifs et ce n'est pas que de survivre en forêt, mais aussi en communauté. C'est impossible vaincre seul contre les carnivores, la température et les maladies, mais en communauté, en village, en tribu nous sommes forts.

Soyons fort ensemble et n’oubliez pas que Là où la tête va, le corps suit.

(Je répète, je ne suis pas psychologue, ni docteur, certaines personnes peuvent avoir besoin de médicaments pour aider à leur souffrance, le terme maladie mentale est large. Suivez les conseils de votre médecin et psy, puis ajoutez les activités physiques.

Pour le reste, les nuages sont peut-être sur votre tête, mais sous le soleil.)

Laisser un commentaire

français