Pareil comme après mon dernier combat

J’suis passé d'une expérience extraordinaire à plus rien de héros à zéro.

La semaine de mon retour à la vie normale n’avait rien de normale, je n’avais plus le goût de rien faire en même temps d’avoir plein de projets. Une girouette que ma meilleure amie Caroline Drapeau me disait. C’est ce que j’étais la semaine et le week-end passés et encore un peu aujourd’hui. Plein de projets qui n’avancent pas, des passages nuageux avec de fortes bourrasques à écorner les bœufs.

C’est difficile à expliquer, mais imaginez une entité enfermée dans votre corps qui veut en sortir, un être lourd qui pèse sur vos épaules pour sortir par votre front. Vous sentez la pression autour de vos yeux, autour de votre lobe frontal. Ses mains sur vos épaules et il pousse, mais il pousse et vous ne voulez que vous péter le front quelque part pour le laisser sortir. Ce mal n’a rien à voir avec une migraine, encore moins avec un mal de tête et vous savez très bien que si vous vous cognez la tête contre le mur ça ne va rien régler. Ça reste que c’est là tout le temps et c’est irritant.

Irritant au point où tu deviens prompt, impatient, il y a trop de bruit, trop de sel, pas assez de sucre… Non non, je ne parle pas de mon café, il est toujours bien sucré surtout quand c’est ma blonde qui le fait avec du sirop d’érable. Vous pouvez arrêter de chanter la toune des Bébés.

La semaine a passée vite, mais j’ai encore des bagages qui traînent, comme si je restais prêt pour repartir, pourtant, je suis bien à la maison et surtout que je n’ai nulle part où aller.

Sérieusement, en quittant la forêt je voulais voir ma famille, je l’ai vu et ça m’a fait du bien. Il me manquait quelque chose, donc je voulais plus, je voulais voir des amis. Comme après mon dernier combat, j’ai commencé à penser que mes amis ne voulaient pas me voir, qu’ils étaient tous contre moi. Ce n’était tellement pas ça, ma tête devenait de plus en plus sombre comme Anakin Skywalker avant de devenir Darth Vader.

Plus ça tournait dans ma tête, moins c’était rond et plus ça me faisait mal.

J’avais oublié que le confinement et les zones c’étaient du sérieux (pas que je suis pour ou contre, on s’en tape), mais il y a des restrictions, des tickets, des interdictions. J’ai passé tout ce temps seul dans mon sentier, j’ai croisé des humains magnifiques, mais MES humains magnifiques qui sont mes amis ne peuvent pas partager la même table de pique-nique que moi sur une terrasse, dehors. J’suis un humain, j’ai besoin d'ocytocine, de cette "pilule" du bonheur, de l’amour.

La famille c’est important, mais les amis je vous dirais encore plus et j’avais besoin de les voir, de jaser avec, de les prendre dans mes bras, d’avoir une interaction humaine normale et saine avec ceux que j’aime.

Heureusement ma copine a été patiente et se souvenait ce que c’était de revenir de mission. Aujourd’hui au souper nous avons parlé, je me suis excusé. Je ne savais même pas que j’étais bête avec elle. Heureusement qu’elle est là, une chance qu’elle m’aime, imaginez si j’avais été seul.

3 commentaires

Julie

Merci de partager ton humanité Jo. Tu m’inspire. Je t’aime for mon chum

Bobby Lavoie

Salut Jo!

As tu déjà songé a écrire un livre? Tu as tellement de belle choses a dire et a partager.

En passant j’ai créé un Go fund me pour suporter la santé mental.

Sa s’appelle Prime strength club mental health fund raiser.

Je t’invite du même coup d’aller sur mon Facebook et tu pourras aller y jeter un coup d’oeil.

C’est grâce a des gars comme toi que les choses avancent et que sa inspire d’autre personnes comme moi a essayer d’en faire autant!!
Lâche pas mon guerrier!!

Jonathan Poulin

Salut Jo
Lâche pas !!!
Ce que tu as accompli est merveilleux💪💪💪
L’ennemi est partout😉 et tu le sais…d’autres combats s’en viennent pour toi j’en suis sur,et maintenant ce sont des aventures de la vie,pleins de gens,d’amis et de vieux chums,ta Marie,ta famille,ta fille sont là pour toi Le ciel est rose mon Jo.

Laissez un commentaire